Au printemps des monstres

Livre numérique

Jaenada, Philippe. Auteur

Edité par Mialet Barrault Éditeur - 2021

Ce n’est pas de la tarte à résumer, cette histoire. Il faut procéder calmement. C’est une histoire vraie, comme on dit. Un garçon de onze ans est enlevé à Paris un soir du printemps 1964. Luc Taron. (Si vous préférez la découvrir dans le livre, l’histoire, ne lisez pas la suite : stop !) On retrouve son corps le lendemain dans une forêt de banlieue. Il a été assassiné sans raison apparente. Pendant plus d’un mois, un enragé inonde les médias et la police de lettres de revendication démentes, signées « L’Étrangleur » ; il adresse même aux parents de l’enfant, horrifiés, des mots ignobles, diaboliques, cruels. Il est enfin arrêté. C’est un jeune homme banal, un infirmier. Il avoue le meurtre, il est incarcéré et mis à l’écart de la société pour le reste de sa vie. Fin de l’histoire. Mais bien sûr, si c’était aussi simple, je n’aurais pas passé quatre ans à écrire ce gros machin (je ne suis pas fou). Dans cette société naissante qui deviendra la nôtre, tout est trouble, tout est factice. Tout le monde truque, ment, triche. Sauf une femme, un point de lumière. Et ce qu’on savait se confirme : les pervers, les fous, les odieux, les monstres ne sont pas souvent ceux qu’on désigne.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Plage de Manaccora : 16 h 30 / Philippe Jaenada | Philippe Jaenada

Plage de Manaccora : 16 h 30 / Philippe Jaena...

Livre | Philippe Jaenada | 2009

Voltaire, sa femme Oum et leur fils Géo sont en vacances sur la Côte adriatique. Mais un incendie de forêt se déclare.

La femme et l'ours : roman / Philippe Jaenada | Philippe Jaenada

La femme et l'ours : roman / Philippe Jaenada...

Livre | Philippe Jaenada | 2011

Depuis que Serge Sabaniego, surnommé Bix, est devenu père de famille, il s'est transformé en pantouflard. Et puis un jour, une dispute conjugale l'entraîne dans une chute en spirale, dans une errance fortement alcoolisée qui le m...

Sulak : roman / Philippe Jaenada | Philippe Jaenada

Sulak : roman / Philippe Jaenada

Livre | Philippe Jaenada | 2013

Bruno Sulak fut, au début des années 1980, l'homme le plus recherché de France. Il défraya la chronique et séduisit tous ceux qui croisèrent sa route jusqu'à celui qui mit fin à sa cavale. Ce roman, construit sous forme d'anecdote...

[La ]petite femelle / Philippe Jaenada | Philippe Jaenada

[La ]petite femelle / Philippe Jaenada

Livre | Philippe Jaenada | 2015

Le romancier s'est plongé dans l'histoire de Pauline Dubuisson, qui par jalousie tua de sang froid son amant en octobre 1953, à l'âge de 24 ans. Au delà du fait divers et du procès retentissant qui s'ensuivit, il tente de pénétrer...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • 5 semaines de gloire, 41 ans de réclusion 5/5

    Après Pauline Dubuisson et Henri Girard, Philippe Jaenada s'intéresse à un autre assassin présumé, Lucien Léger, condamné à la prison à vie, en 1966, pour le meurtre d'un enfant de 11 ans, Luc Taron. En dépit de multiples demandes de révision de son procès, il passera quarante et une années derrière les barreaux. C'est beaucoup trop, selon Jaenada, pour qui Léger n'était coupable que d'avoir inondé les médias, pendant cinq semaines (avant de se faire bêtement confondre), de messages écrits ou téléphoniques, provocateurs mais bien informés, signés "L'Étrangleur" dans lesquels il s'accusait du crime. La "méthode" Jaenada est toujours la même : décortiquer toutes les sources disponibles, y compris les émissions de radio et de télévision, s'imprégner des lieux (jusqu'à passer une nuit à la belle étoile, et à la même époque de l'année, dans la forêt où le corps du petit Luc avait été découvert...) malgré les changements parfois considérables survenus depuis les années 1960, élargir l'enquête à tous les individus, hommes ou femmes, impliqués directement ou non dans l'affaire. À cet égard, par exemple, le CV d'Yves Taron, le père de Luc (pour l'état civil en tout cas) est passé au crible et on ne peut pas dire que le portrait qui en résulte soit particulièrement flatteur. L'expression "au printemps des monstres" est de la plume de Léger (dans une lettre à Yves Taron, justement), poète – médiocre – à ses heures mais alors en pleine gloire médiatique pour de tout autres raisons que littéraires. L'une des seules personnes à échapper à cette catégorie des monstres est Solange, la femme de Lucien, à laquelle Jaenada consacre la dernière partie, noire aussi mais paradoxalement lumineuse, de son livre.

    par Elie Olivier Le 06 décembre 2021 à 19:25