Une deux trois / Dror Mishani

Livre

Dror A Mishani

Edité par Gallimard - 2020

Orna, Emilia, Ella, vont successivement et, à leurs dépens, rencontrer Guil, un avocat sans scrupules. Electre 2020

"Trois pièges. Dror Mishani publie son quatrième roman et s'il abandonne son personnage d'inspecteur Avraham Avraham, il garde cette atmosphère profondément mélancolique pour dire la banalité du crime dans une banlieue résidentielle de Tel Aviv. Et toujours cette douceur dans l'écriture qui vous glace le sang !" Page des Libraires.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Une disparition inquiétante : la première enquête du commandant Avraham / Dror Mishani | Dror A Mishani

Une disparition inquiétante : la première enq...

Livre | Dror A Mishani | 2014

Avraham Avraham estime que la disparition d'Ofer Sharabi, 16 ans, n'a rien d'inquiétant. Pourtant, au bout de deux jours, toujours aucune nouvelle de l'enfant. Alors que les habitants quadrillent la banlieue, Avraham culpabilise.

La violence en embuscade / Dror Mishani | Dror A Mishani

La violence en embuscade / Dror Mishani

Livre | Dror A Mishani | 2015

Avri Avraham enquête sur un simulacre d'attentat dans la banlieue de Tel-Aviv. Ses investigations le mènent sur les traces de Chaim, un modeste livreur de sandwichs. Parallèlement, l'épouse du suspect disparaît. L'inspecteur doit ...

Les doutes d'Avraham / Dror Mishani | Dror A Mishani

Les doutes d'Avraham / Dror Mishani

Livre | Dror A Mishani | 2016

Une veuve sexagénaire est étranglée dans son appartement de Tel Aviv. Un voisin a vu, à peu près à l'heure du décès, un policier descendre de l'escalier de l'immeuble. Avri Avraham, promu chef de la section des homicides, est conf...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Trois rencontres, deux cadavres, un suspect. 5/5

    Ce qui caractérise le plus ce roman, c'est la douceur. Une douceur en fin de compte traîtresse, ce qui tendrait à démontrer qu'il n'y a pas besoin d'hémoglobine, de scènes violentes, pour rendre une atmosphère angoissante.

    par Marie-Françoise VILCHANGE Le 22 septembre 2020 à 11:49