Simone Weil, l'irrégulière

Vidéo numérique

Mauro, Florence (Réalisateur)

“L’intelligence ne peut être menée que par le désir. Pour qu’il y ait désir, il faut qu’il y ait plaisir et joie... L’intelligence ne grandit et ne porte de fruits que dans la joie.” (Simone Weil) Femme indépendante à l’esprit brillant, telle apparaît la philosophe Simone Weil dans cette biographie très bien documentée, qui s’appuie notamment sur de nombreuses archives familiales. Née en 1909 à Paris dans une famille de la bourgeoisie juive (son frère surdoué deviendra un grand mathématicien), choyée durant son enfance, Simone Weil est reçue à l’École normale supérieure en 1925 après avoir eu pour professeur le philosophe Alain au lycée Henri IV. Très vite elle s’engage socialement et milite en faveur de la paix. Agrégée de philosophie en 1931, elle est nommée professeur dans un collège du Puy. Là elle s’inscrit à la CGT unifiée, soutient un mouvement de chômeurs avec lesquels elle partage son salaire.

 

Après avoir publié quelques articles dans La révolution prolétarienne et La critique sociale, rencontré Boris Souvarine et Léon Trotsky (qui lui conseille de s’engager dans l’Armée du salut !) et rédigé ses Réflexions sur les causes de la liberté et l’oppression sociale, elle travaille début 1935 comme ouvrière spécialisée chez Alsthom. L’été suivant, en vacances au Portugal, elle a la révélation du christianisme. Sans jamais se convertir, la jeune philosophe ouvrière élabore un “matérialisme spirituel” qui lui permet d’éprouver concrètement ses idées. En 1936, elle rejoint la colonne Durruti en Espagne pour combattre les franquistes. Pacifiste à la déclaration de la guerre en 1939, elle doit fuir avec sa famille à Marseille et entre en résistance en écrivant dans Les cahiers du témoignage chrétien. Après quelques mois passés aux États-Unis, elle revient en Angleterre en 1942 où elle est affectée au service de la France libre. Atteinte de tuberculose, refusant de se nourrir et de se soigner, elle meurt en août 1943 au sanatorium d’Ashford. Tout au long de sa courte vie, Simone Weil a écrit des textes qui relatent son expérience et sa réflexion : L’enracinement, La pesanteur et la grâce, Oppression et liberté, La condition ouvrière ou encore L’attente de Dieu, autant de titres qui traduisent sa profonde compassion à l’égard de l’homme souffrant ou sacrifié.

Regarder la bande-annonce

Consulter en ligne

Suggestions

Du même auteur

L'amour éperdu / Florence Mauro | Florence Mauro

L'amour éperdu / Florence Mauro

Livre | Florence Mauro | 2002

Clémence et Ferdinand se rencontrent le long de la grève à Dunkerque. Dans ce décor sans détour et sans artifice, ils vont s'aimer profondément. De cette passion vécue naissent trois garçons. Quarante ans plus tard, ils vivent tou...

Peindre le paradis | Mauro, Florence (Réalisateur)

Peindre le paradis

Vidéo numérique | Mauro, Florence (Réalisateur) | 2016

La représentation du paradis occupe une place centrale dans l'art en Occident. De l'école italienne à l'école flamande, différentes représentations ont symbolisé des tournants majeurs dans l'histoire de l'art. C'est, par exemple, ...

De Cézanne à Bonnard, l'atelier du midi | Mauro, Florence (Réalisateur)

De Cézanne à Bonnard, l'atelier du midi

Vidéo numérique | Mauro, Florence (Réalisateur) | 2014

De 1880 à 1960, la Méditerranée est une source d’inspiration pour les plus grands courants artistiques, de l’impressionnisme au fauvisme, en passant par le cubisme, les expériences surréalistes ou l’abstraction. Cézanne, Matisse, ...

Leone Ginzburg, un intellectuel contre le fascisme | Mauro, Florence (Réalisateur)

Leone Ginzburg, un intellectuel contre le fas...

Vidéo numérique | Mauro, Florence (Réalisateur) | 2017

Portrait d’une figure de la Résistance italienne qui, à travers les activités de la maison d’édition Einaudi, a fait de la culture une arme politique contre l’idéologie fasciste.   Fruit des amours estivales de sa mère avec...

Chargement des enrichissements...